Lac d'Aiguebelette

La Réserve Naturelle Régionale du Lac d'Aiguebelette

Création de la Réserve naturelle du Lac d'Aiguebelette le 6 mars 2015

La Région Rhône- Alpes vient de classer le lac d’Aiguebelette et une partie des zones forestières de la montagne de l’Epine, en Réserve Naturelle Régionale (RNR). Avec 844 hectares, elle constitue l’une des plus grandes RNR.

Ce classement est l’aboutissement de plus de 5 années de travail, d’étude et de concertation qui ont été menés par la CCLA en lien avec les services de la Région Rhône-Alpes et le Conservatoire des Espaces naturels de la Savoie

Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs décennies d’actions et d’efforts de préservation du site qui ont été engagés par les élus locaux et les associations de protection du lac. La création de la Réserve est donc une reconnaissance de tout ce travail accompli, mais aussi une reconnaissance de la qualité de notre patrimoine environnemental.

La Réserve permet de renforcer les capacités de protection et de valorisation du lac et de ses milieux naturels. Elle constitue aussi une labellisation qui participe à la valorisation du territoire et à la mise en œuvre de la politique de développement éco-touristique.

Le fonctionnement de la Réserve

Le comité consultatif de la réserve

La Réserve Naturelle Régionale s’est dotée d’un comité consultatif regroupant une quarantaine de membres, et présidé par un élu régional. Un premier comité s’est réuni le 21 octobre 2015.

Les cogestionnaires de la Réserve : la CCLA et le CENS

Les gestionnaires de la RNR ont été désignés par la Région en juillet 2015 et sont conjointement : La Communauté de communes du Lac d’Aiguebelette (CCLA) et La Conservatoire des Espaces Naturels de la Savoie (CENS).

Le personnel de la Réserve

Du personnel de la CCLA et du CENS est affecté au quotidien aux tâches qui incombent à la gestion de la Réserve.

Le périmètre et le règlement de la Réserve

Pour vous informer sur ce projet vous pouvez télécharger les documents suivants:  

- Le périmètre

- Le règlement de la RNR

- Les réponses aux questions que vous vous posez

- Le tract sur la réserve

Les actions

La restauration du marais de Lépin-le-lac

Le marais de Lépin « chef-lieu » avant les travaux

Cette parcelle est actuellement composée d’une roselière et d’une partie boisée. Ces vingt dernières années, faute d’entretien, la roselière a progressivement laissé place à un boisement humide. Par ailleurs, la renouée du Japon, plante invasive, s’est fortement développée le long de la départementale. Le marais actuel vue du ciel

 Marais de Lépin « Chef-lieu » vue du ciel   

Etat des lieux des milieux du marais 

Milieu actuel du marais

 

 

 

Legende

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La CCLA, maître d’ouvrage et le CENS, maître d’œuvre

Les co-gestionnaires lancent un premier projet dans la réserve : la restauration du marais au niveau du chef-lieu de Lépin-le-lac.

Ce projet a lieu sur une parcelle classée en Réserve appartenant à la Famille BAL. Cette dernière a confié la gestion d’une partie du marais pour 40 ans à la CCLA, avec comme assistant technique, le Conservatoire. L’autre partie constituée d’une aulnaie remarquable a été vendue en indivision à la CCLA et au CENS et sera laissée tel que.

L’objet des travaux

Les travaux consistent donc à ré-ouvrir le milieu et reconstituer une roselière terrestre et une prairie humide.

Les autorisations obtenues

La première phase des travaux a fait l’objet d’une autorisation de la Région Rhône-Alpes dans le cadre de la Réserve, en passant notamment par l’obtention d’avis favorables de la Commune de Lépin-le-lac, du Comité consultatif de la Réserve, du Conseil Scientifique Régionale de la Protection de la Nature. A l’occasion de cette consultation, certains avis ont été assortis de remarques qui seront prises en compte.

Déroulement des travaux

Les travaux s’effectueront en deux phases :

Phase 1 : hiver 2015-2016

Un accès sera créé puis la végétation basse (roselières et arbustes) sera broyée par une entreprise spécialisée dans l’intervention en marais. Ensuite, les arbres de la partie boisée récente seront coupés. Enfin, un broyage de finition et le traitement des souches seront réalisés. Les roselières en bordure de lac, les peupliers noirs seront conservés en l’état et les boules de saules cendrées seront simplement retaillées. Les travaux commenceront mi-décembre pour finir en février, afin de ne pas impacter la faune. Durant le chantier, le Conservatoire est chargé du bon déroulement des travaux, dont les prescriptions particulières données aux entreprises pour l’intervention en Réserve et en marais.

Phase 2 : ultérieurement

La deuxième phase sera réalisée ultérieurement. Il s’agira avant tout :

  • d’éradiquer le massif de renouée située au sud du site ce qui permettra de reconstituer près d’un demi hectare de milieux humides et de bloquer son extension dans les autres secteurs du site;
  • de renaturer le lit du ruisseau ayant été rectifié par le passé, pour lui permettre d’accueillir une faune intéressante et rétablir un fonctionnement hydrologique favorable au marais.

Marais de Lépin après-travaux phase 1 et 2

legende